Vanessa Henry sophrologue et praticienne en hypnose 


Cliquez ici pour modifier le sous-titre

 
 


L'état hypnotique représente-t-il un danger ?

Non. 

C'est un état tout à fait commun et naturel.

On l'appelle également la transe ou encore l'état de conscience modifiée. Cet état permet simplement à notre inconscient d'aller chercher toutes les ressources nécessaires pour avoir accès à la meilleure version de soi-même. Voir néanmoins les contre-indications indiquées en bas de page.





En hypnose Ericksonienne, allons-nous analyser la cause de nos problèmes en profondeur ?

Non.


L'hypnose Ericksonienne fait partie des thérapies "orientées solution" tout comme la sophrologie : on ne cherche pas à comprendre POURQUOI vous avez telle ou telle problématique mais on travaille sur le COMMENT vous allez aller mieux en fonction de l'objectif d'accompagnement que vous aurez déterminé avec votre thérapeute. 

Nul besoin de connaître la cause du symptôme pour le supprimer. 

Le symptôme n'est pas la cause du problème que vous rencontrez, en revanche il peut en être sa conséquence.




Le consultant peut-il perdre le contrôle pendant la séance ?

Non.


Particulièrement respectueuse de la personne, l'hypnose Ericksonienne vous amène à votre propre réalité intérieure parce que chaque individu est considéré comme un être unique dans tout ce qu'il vit.

Le thérapeute est considéré juste comme un guide dans ce processus de changement.

Le patient est celui qui possède les ressources et les solutions fondamentales.

Lors d'une séance d'hypnose, l'intérêt est centré sur ce qui est réalisable par le patient. Ce dernier garde son libre-arbitre durant toute la séance et il pourra en sortir à tout moment s'il en ressent le besoin. 

L'inconscient le guide et en aucun cas l'inconscient du patient ne laissera quiconque prendre le contrôle sur la propre volonté du sujet. Notre cerveau contient des "sécurités" qui empêchent de se comporter ou d'agir contrairement à nos valeurs profondes.




Existe-t-il des contre-indications à la pratique de l'hypnose ?

Oui.


Il convient d'être précautionneux lors de la pratique de l'hypnose dans les cas suivants :


-Lorsque le sujet présente des troubles diagnostiqués, nécessitant une prise en charge psychiatrique. Exemple : troubles bipolaires, dépressions graves, schizophrénie...


-Lorsque le cas rencontré dépasse le champs de compétence du praticien en hypnose.


-Il est impératif de demander l'autorisation de pratique de l'hypnose à votre médecin traitant si vous êtes épileptique ou en cas de problèmes d'ordre cardiaque. 


-De même, l'intervention de l'hypnose chez un sujet autiste sera soumise à l'autorisation du médecin psychiatre qui suit le sujet.



Je me réserve le droit de ne pas utiliser l'hypnose sur un sujet qui ne relève pas de mon domaine de compétences et d'expériences. 


Aussi, je me permettrai de vous réorienter vers le corps médical s'il y a lieu.